Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Lecture linéaire du monologue d’Argan du « malade imaginaire » (Acte 1, scène 1, Molière)

 

Il vous est proposé de lire le monologue d’Argan en suivant la méthode éprouvée de la méthode des 6 GROSSES CLEFS ©. Pour cela, il faut que vous fassiez attention aux codes couleur et que vous souligniez  les points relatifs à la grammaire, aux oppositions, aux cinq sens, à la conjugaison, au champ lexical, aux figures de style. Vous êtes prêts ?

 

MONOLOGUE ARGAN, MALADE IMAGINAIRE, ANALYSE LINAEAIRE

 

 

Repères : malade imaginaire : étude

 

Dans l’article précédent, nous avons précisé le contour de l’analyse de la pièce qui est axée sur la problématique suivante : comment Molière entreprend-il, par le spectacle et la comédie, de corriger les mœurs dans Le Malade imaginaire ?

 

Nous débutons aujourd’hui par l’étude du monologue d’Argan.

 

Nous procèderons par étapes :

Pour cela, nous travaillerons avec une méthode éprouvée depuis des années.

 

Méthode

Il vous est proposé de retrouver l’intégralité de la scène et de la lire en tenant compte de la 

méthode des 6 GROSSES CLEFS ©.

 

Il est question de prendre le texte sous six angles à l'aide du moyen mnémotechnique suivant : 

6        GROSSES                                      CLEFS

                        Gr : grammaire                               C : Conjugaison

                          OS : oppositions                                Le : champ lexical

                          SES : les 5 sens                                 FS : figures de style

 

Lecture

Nous allons travailler avec des crayons de couleurs. Vous êtes prêts ? Pour vous aider, vous pourrez regarder la scène jouée :

 

Contexte : après un prologue, la comédie s’ouvre sur le monologue d’un homme qui contrôle les factures ("les parties") de son pharmacien ("apothicaire") tout en calculant le coût des traitements du mois qu’il compare au mois précédent.

 

ARGAN, seul dans sa chambre assis, une table devant lui, compte des parties d’apothicaire avec des jetons; il fait parlant à lui-même les dialogues suivants.

- Trois et deux font cinq, et cinq font dix, et dix font vingt. Trois et deux font cinq. "Plus, du vingt-quatrième, un petit clystère insinuatif, préparatif, et rémollient, pour amollir, humecter, et rafraîchir les entrailles de Monsieur. Ce qui me plaît, de Monsieur Fleurant mon apothicaire, c’est que ses parties sont toujours fort civiles. "Les entrailles de Monsieur, trente sols". Oui, mais, Monsieur Fleurant, ce n’est pas tout que d’être civil, il faut être aussi raisonnable, et ne pas écorcher les malades. Trente sols un lavement, je suis votre serviteur, je vous l’ai déjà dit. Vous ne me les avez mis dans les autres parties qu’à vingt sols, et vingt sols en langage d’apothicaire, c’est-à-dire dix sols ; les voilà, dix sols. "Plus dudit jour, un bon clystère détersif, composé avec catholicon double, rhubarbe, miel rosat, et autres, suivant l’ordonnance, pour balayer, laver, et nettoyer le bas-ventre de Monsieur, trente sols ;" avec votre permission, dix sols. "Plus dudit jour le soir un julep hépatique, soporatif, et somnifère, composé pour faire dormir Monsieur, trente-cinq sols ;" je ne me plains pas de celui-là, car il me fit bien dormir. Dix, quinze, seize et dix-sept sols, six deniers. "Plus du vingt-cinquième, une bonne médecine purgative et corroborative, composée de casse récente avec séné levantin, et autres, suivant l’ordonnance de Monsieur Purgon, pour expulser et évacuer la bile de Monsieur, quatre livres." Ah ! Monsieur Fleurant, c’est se moquer, il faut vivre avec les malades. Monsieur Purgon ne vous a pas ordonné de mettre quatre francs. Mettez, mettez trois livres, s’il vous plaît. Vingt et trente sols. "Plus dudit jour, une potion anodine, et astringente, pour faire reposer Monsieur, trente sols." Bon, dix et quinze sols. "Plus du vingt-sixième, un clystère carminatif, pour chasser les vents de Monsieur, trente sols." Dix Sols, Monsieur Fleurant. "Plus, le clystère de Monsieur réitéré le soir, comme dessus, trente sols." Monsieur Fleurant, dix sols. "Plus du vingt-septième, une bonne médecine composée pour hâter d’aller, et chasser dehors les mauvaises humeurs de Monsieur, trois livres." Bon vingt, et trente sols ; je suis bien aise que vous soyez raisonnable. "Plus du vingt-huitième, une prise de petit-lait clarifié, et dulcoré, pour adoucir, lénifier, tempérer, et rafraîchir le sang de Monsieur, vingt sols." Bon, dix sols. "Plus une potion cordiale et préservative, composée avec douze grains de bézoard , sirops de limon et grenade, et autres, suivant l’ordonnance, cinq livres." Ah ! Monsieur Fleurant, tout doux, s’il vous plaît, si vous en usez comme cela, on ne voudra plus être malade, contentez-vous de quatre francs ; vingt et quarante sols. Trois et deux font cinq, et cinq font dix, et dix font vingt. Soixante et trois livres quatre sols six deniers. Si bien donc, que de ce mois j’ai pris une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept et huit médecines ; et un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze et douze lavements ; et l’autre mois il y avait douze médecines, et vingt lavements. Je ne m’étonne pas, si je ne me porte pas si bien ce mois-ci, que l’autre. Je le dirai à Monsieur Purgon, afin qu’il mette ordre à cela. Allons, qu’on m’ôte tout ceci, il n’y a personne ; j’ai beau dire, on me laisse toujours seul ; il n’y a pas moyen de les arrêter ici. (Il sonne une sonnette pour faire venir ses gens.) Ils n’entendent point, et ma sonnette ne fait pas assez de bruit. Drelin, drelin, drelin, point d’affaire. Drelin, drelin, Drelin, ils sont sourds. Toinette. Drelin, drelin, drelin. Tout comme si je ne sonnais point. Chienne, coquine, drelin, drelin, drelin ; j’enrage. (Il ne sonne plus, mais il crie.) Drelin, drelin, drelin. Carogne, à tous les diables. Est-il possible qu’on laisse comme cela un pauvre malade tout seul ! Drelin, drelin, drelin ; voilà qui est pitoyable ! Drelin, drelin, drelin. Ah ! mon Dieu, ils me laisseront ici mourir. Drelin, drelin, drelin.

 

Repère à suivre : analyse détaillée du monologue d’Argan

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article