Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Une méthode pour lire sans se décourager

Découvrez la méthode pas-à-pas qui permet de dépasser l’appréhension ou l’aversion envers un livre : repérer, compter, jauger

methode, lire, découragement,comment lire,

 

 

Repères : thème du livre : méthode

Dans l’article précédent, nous avons énuméré quelques bienfaits de la lecture. Mais devant l’épaisseur d’un ouvrage, qui ne serait pas découragé ?

Qui ne serait pas tenté de reposer le livre dans un coin et de chercher un résumé sur internet ?

C’est un recours habituel pour bon nombre de collégiens et de lycéens, mais en agissant ainsi, chers amis, vous prenez des risques importants :

  • de confier la lecture à un lecteur pas forcément averti et qui peut se tromper,
  • de vous livrer à une interprétation qui n’a rien d’original puisqu’elle n’émane pas de vos propres impressions,
  • de passer à côté du livre et de ce qu’il peut vous apporter en termes de bienfaits.
  • de récolter enfin une mauvaise note, car ce qui a été possible pendant des années ne passe plus notamment au lycée ou dans le cadre des études supérieures. Lire, c’est lire vraiment…

L’article qui vous est proposé est à l’usage des lecteurs conscients de la difficulté et de leurs parents ou proches qui peuvent faciliter l’accès aux livres.

Quelle est donc cette méthode qui permettrait de dépasser cette appréhension, voire cette aversion ?

Méthode

Vous trouverez bon nombre de méthodes pour lire vite en fonction du positionnement de vos yeux et des mots-clés à repérer. Il s’agit d’une lecture efficace, guère approfondie et qui n’a rien d’analytique que nous verrons dans l’article suivant.

Ce n’est pas celle-ci qu’il convient de promouvoir auprès d’une population qui lit déjà en surface. Il s’agit au contraire de ralentir notre attention pour appréhender l’objet du livre.

Temps

Prendre le temps est la première condition. Il faut admettre sans râler que l’on ne mettra pas une heure pour survoler 300 pages ; il faut l’accepter d’emblée. Et c’est le rôle de l’adulte de rappeler ce facteur temps. On peut alors établir un contrat de lecture.

Contrat de lecture

Qu’est-ce que signifie ce contrat ? Il s’agit de prendre l’objet livre pour dédramatiser la lecture.

On prend l’ouvrage, on l’ouvre, on regarde la police de caractères, les illustrations s’il y en a (cf. dossier des pièces de théâtre). Bref, on s’immerge dans le texte que l’on regarde sans le lire vraiment.

Puis on compte bêtement les pages. Attention !  Un gros livre n’est pas forcément impossible à comprendre ; à l’inverse, de petits livres peuvent être parfaitement indigestes. Le nombre de pages sert à organiser le temps de lecture. C’est tout !

Et c’est là qu’intervient un point important que le lecteur incertain ne voit pas. Je veux parler de la composition du livre.

Composition du livre

Pour démystifier la lecture, il faut commencer par regarder comment le livre est décomposé. Certains ont des tables de matières, d’autres ont des subdivisions internes (en parties, en chapitres). Il faut procéder comme suit :

  • les repérer,
  • les compter (oui vous avez bien lu),
  • les jauger (plus ou moins longues).
Repérage

Il vous faut des post-its ou autres marque-pages pour « saucissonner » votre livre.

Par exemple, Le Rouge et le Noir de Stendhal est composé de deux parties distinctes que je sépare.

Décompte

Ainsi en reprenant le roman de Stendhal, on relève que

  •  la 1e partie fait 319 pages avec 30 chapitres,
  • la 2e partie fait 340 pages avec 45 chapitres.

Une partie est plus longue que l’autre. Il faudra en tenir compte pour le temps de lecture que l’on va consacrer.

Vous allez travailler maintenant la première partie et faire le même travail de subdivision. Dans la table des matières de l’édition contemporaine, vous pouvez même parcourir les titres donnés chaque fois. Cela vous permettra de vous y appuyer pour votre lecture. La progression de lecture se fera plus vite et de manière plus intelligente. Vous ferez la même chose avec la deuxième partie. Ce travail de repérage ne prend guère plus de 5 minutes.

Temps

Il convient maintenant que vous conveniez d’un temps de lecture pour chaque partie et chaque sous-partie. C’est vous qui vous fixez votre propre tempo. Par exemple, vous vous donnez 5 chapitres par jour soit 6 jours pour la 1e partie et 9 jours pour la seconde. Bref en deux semaines, ce classique peut être lu intégralement.

Pour ne pas vous décourager, vous pointez en table des matières votre propre progression. C’est votre petit challenge !

Difficultés

Vous me direz que la lecture d’un tel livre n’a rien d’un long fleuve tranquille et vous auriez raison. Je vous conseille d’avancer en dépit des parties obscures qui peuvent vous heurter (mots compliqués, situation peu claire, etc…) Marquez en marge d’une croix. Vous chercherez la réponse plus tard et sur internet si vous le voulez…

Vous aurez compris que rien ne doit ralentir votre progression. Un livre dans lequel on met trop de temps à rentrer est un livre que l’on ne finit jamais…

Dans l’article suivant, il sera question de savoir comment on peut lire davantage.

Repère : comment lire davantage de livres ?

 

 

lire, gros livre, méthode,

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article