Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Une bibliothèque de livres en nombre limité

 

Il existe des amateurs de livres qui choisissent de ne posséder qu’un nombre précis d’ouvrages. Nous verrons les raisons de ce choix particulier et ses conséquences.

bibliothèque, livre, nombre, limité

 

Repères : thème de la bibliothèque : présentation

 

Dans l’article précédent, nous avons évoqué un classement atypique au travers de livres volontairement occultés. Aujourd’hui, nous verrons qu’il existe bon nombre de bibliomanes qui choisissent de ne posséder qu’un nombre déterminé d’ouvrages ou ayant une exigence précise quant à l’augmentation du volume de livres. Là encore, nous nous demanderons les raisons de ces contraintes et les conséquences qui en découlent.

 

Augmentation limitée

Certains lecteurs décident, en effet, de limiter strictement l’achat de leurs livres. Pour cela, ils se fixent des contraintes précises, du style n’acheter un livre que lorsque l’on n’a plus rien à lire. On s’engage alors dans une discipline vraiment stricte.

 

Walter Benjamin avoue entrer dans cette catégorie. Sa « bibliothèque n’a pas consisté en plus de deux ou trois rangées qui ne croissaient que d’un centimètre par an. »* On l’imagine mesurer l’évolution de sa bibliothèque un centimètre à la main. Il s’agit d’un cas de figure singulier, celui de posséder une bibliothèque raisonnée sans céder aux impulsions.

 

Chiffre idéal

S’agissant du chiffre idéal, la première raison qui s’entend a trait à la place : je n’ai qu’une étagère et je ne peux que loger qu’un nombre précis de livres. Il s’agit donc d’une contrainte spatiale et on la conçoit aisément. Mais ce raisonnement n’est pas exclusif.

 

À côté de ce motif d’ordre pratique, d’aucuns ont entrepris de s’imposer délibérément une contrainte numéraire. Pourquoi ? Comment ?

 

Georges Perec dans son ouvrage, Penser/classer, évoque le cas d’un de ses amis qui a estimé à 361 le nombre de livres composant une bibliothèque « suffisante ». Il ne s’agit pas de lire que 361 livres, mais de n’en conserver que ce nombre.

 

Cet idéal implique une conséquence drastique. Tout livre nouveau exige la sortie d’un ancien de telle manière que la bibliothèque ne dépasse pas ce nombre précis. On imagine douloureusement les choix cornéliens qui s’imposent pour éliminer l’ouvrage devenu de trop.

 

On peut aussi noter la volonté remarquable de ne conserver que le meilleur des ouvrages…

 

Dans un prochain article, il sera question d’une autre approche atypique, celle qui consiste, cette fois, à ne posséder que des ouvrages remarquables…

 

Sources

*Walter Benjamin, je déballe ma bibliothèque, Rivages poches, page 46

** Perec, penser/classer, Hachette, 1985, page 39

 

Repère : bibliothèque d’ouvrages remarquables

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrece 18/04/2020 18:01

Ce n'est pas le nombre de livres qui me guide mais le nombre de m2 que j'ai de disponible dans un appartement minuscule. J'essaie au maximum d'emprunter mes llivres à la Médiathèque et quand j'achète un livre j'en ofrre un autre à une association

Litteratus 20/04/2020 17:20

e suis contrainte aussi par les m2 et c'est pour moi une opportunité de ne garder que les livres que j'aime et de donner ceux qui doivent céder leur place. Je trouve un certain charme à lire aussi en puisant dans les bibliothèques des autres ou les médiathèques, on peut lire de tout sans s'encombrer. J'achète éventuellement les ouvrages lus ainsi ...