Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le contexte historique des grandes découvertes (Montaigne)

 

Des mobiles économiques et religieux sont à l’origine des grandes découvertes. Christophe Colomb décède à Valladolid en 1506 sans jamais douter que ce qu’il avait découvert n’était autre qu’un Nouveau Monde.

 

thème, nouveau monde, Essais, Montaigne, explorations portugaises
Les grandes explorations portugaises

 

Repères : Nouveau Monde : présentation

 

Dans l’article précédent, nous avons présenté les deux textes, objets de notre étude : Des Cannibales, I, 31  et Des Coches, III, 6. Il convient aujourd’hui d’évoquer le contexte historique des grandes explorations.

 

Nous verrons le monde avant 1492, puis celui qui est né après la découverte des « Indes » par Christophe Colomb.

 

Avant 1492

La situation avant 1492 mérite que l’on dresse schématiquement le rapide tour d’horizon suivant. 

 

L’Asie est connue depuis les ambassades franciscaines et les voyages de Marco Polo.

 

Les Portugais, pionniers, lancent des expéditions annuellement sur les côtes africaines.

 

L’Afrique noire, quant à elle, est occupée par les musulmans tandis que des commerçants européens se sont installés sur le pourtour méditerranéen.

 

Terre Neuve, qui est découverte par les Vikings au 10e siècle, est visitée depuis par les pêcheurs bretons.

 

Grandes découvertes

L’époque dite des Temps Modernes débute en 1492 à la suite du voyage de Christophe Colomb.

 

Précisons que la route orientale de la Méditerranée est coupée ou rendue moins aisée depuis la chute de Constantinople en 1453 devant l’arrivée des Turcs.

 

Il a fallu donc trouver une autre voie.

 

Quels ont été les deux principaux motifs qui ont conduit à la conquête de nouvelles terres ?

  • les mobiles économiques,
  • le mobile religieux

 

Mobile économique

Deux mobiles économiques sont à l’origine des grandes découvertes :

  • les nouveaux métaux,
  • les épices.

Il s’agit d’abord de trouver de nouveaux métaux que les mines d’Europe ne peuvent plus fournir devant la demande. Le XVe siècle, qui a été particulièrement meurtrier avec les différents conflits armés (guerre de religion, guerre de Cent ans, etc.), s’achève avec le désir d’assouvir une soif de luxe et d’or.

Cependant la reconstruction de l’Europe ne se fait pas à crédit ; les lettres de change ne suffisent pas à remplacer l’or et l’argent, monnaies en lesquelles on a pleinement confiance.

Il faut donc explorer d’autres terres pour trouver ces fameuses richesses notamment la route de l’or que les Portugais cherche à tracer en Afrique.

 

Christophe Colomb est lui aussi motivé par le gain à plus d’un titre, car il est de surcroît intéressé financièrement à titre personnel en sa qualité « de vice-roi de toutes les terres qu’il découvrira. »

 

À côté des métaux, les épices deviennent également une bonne raison de lancer des expéditions. Par épices, on entend le poivre, le clou de girofle, la noix de muscade, etc. qui ont pour vertu de dissimuler le goût des viandes que l’on sait encore mal conserver. Ces épices ont aussi des vertus médicinales.

Pour échapper au quasi-monopole des Italiens et pour s’approvisionner directement, les Espagnols et les Portugais décident de tracer une route vers l’Inde, le pays des épices.

 

À côté de ce mobile économique coexiste sans que cela soit antinomique, un mobile religieux.

 

Mobile religieux

Les Espagnols et les Portugais conservent un esprit de croisade. Ils cherchent à convertir les infidèles au catholicisme. Ils entendent faire un parallèle entre les nouvelles terres et les nouvelles âmes.

 

Christophe Colomb

Le Gênois entend passer par l’ouest pour trouver les Indes. Il propose sa route aux Portugais qui la refusent puisqu’ils n’ont en tête que l’or d’Afrique. Christophe Colomb offre alors ses services aux Espagnols. La reine Isabelle de Castille peut étendre son empire enfin reconstitué en Espagne au-delà des mers. On est en 1492.

 

Christophe Colomb commet une erreur et se croit en Asie et plus précisément aux Indes. En fait, il ne sait pas qu’il vient de découvrir un nouveau continent : il vient d’aborder les îles des Bahamas. L’explorateur ouvre une voie maritime d’importance.

 

Isabelle la Catholique demande au Pape Alexandre VI d’édicter la bulle Inter Caetera du 4 mai 1543, aux termes duquel : toutes terres ou îles découvertes ou à découvrir au-delà du méridien à 100 lieues à l’ouest des Açores sont considérées comme espagnoles.

 

Cette distance sera repoussée en faveur des Portugais par le traité de Tordesillas du 7 juin 1494.

 

Trois autres expéditions de Colomb s’échelonneront entre 1493 et 1504. L'explorateur décède à Valladolid en 1506 sans jamais douter que ce qu’il avait découvert n’était autre qu’un Nouveau Monde.

 

 

Source :

L’Europe et le monde, François Lebrun, Armand Colin

 

Repère à suivre : le Nouveau Monde

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article