Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le classement de sa propre bibliothèque 

 

Traditionnellement, on classe les livres par auteurs et par lettres alphabétiques, mais il existe des rangements plus imaginatifs…

 

bibliothèque, classement, livres, alphabétique, ordre

 

 

Repères : thème de la bibliothèque : présentation

 

Dans l’article précédent, nous avons cherché s’il existait un emplacement idéal pour une bibliothèque personnelle, voyons aujourd’hui le sujet du classement.

 

Une question doit se poser aussitôt : doit-on classer ou non ses livres ?

 

Derrière cette question, il s’agit de constater l’organisation sous-jacente. Il existe des méthodes traditionnelles de classement et d’autres plus originales.

 

Alphabétique

Traditionnellement, on range les livres par auteurs et par lettres alphabétiques. C’est un moyen commode pour les retrouver. Il faut dans cette hypothèse laisser du « mou » aux étagères pour accueillir les nouveaux livres, sous peine de devoir tout déplacer constamment ou pire, ranger les livres en double ou triple rangées lorsque ce n’est pas les uns sur les autres. Dans ma bibliothèque, je dois avouer que les livres rangés à la lettre M débordent littéralement…

 

Objections

Mais il existe une sérieuse objection à ce rangement.

En procédant ainsi, on mélange les genres de littérature. Que dire si le policier et la poésie se côtoient ?

Quel rapport entre le théâtre et la géopolitique pour les faire cohabiter ? Cela n’a aucun sens.

Il faudrait les classer par genre, puis par lettres alphabétiques pour faire taire cette objection. Cependant, il en existe d’autres liées à la phobie de ce classement qui se révèle particulièrement lent et méthodique. Il n’y a en effet pas plus fastidieux que ce rangement assez peu imaginatif. Pourquoi faudrait-il les ranger ainsi ?

 

Originalité

Georges Perec propose dans son ouvrage, Penser/classer* différentes manières de ranger les livres. Outre l’ordre alphabétique, il propose aussi un classement par pays ou continent, par couleurs, par date d’acquisition, par date de parution, par formats, par genres, par périodes littéraires, par langues, par priorité de lecture, par reliures, par séries.

Essayons de les regrouper par critères :

-critère esthétique,

- critère linguistique,

- critère historique.

 

Critère esthétique

On pense évidemment moins à ce critère lorsque l’on parle de bibliothèque. Peut-être parce que le livre nous est précieux par son contenu. On en oublierait son aspect formel. Pour autant, devons-nous l’éluder ? À mon avis, non.

On peut valablement considérer le livre sous son aspect esthétique.

Ainsi, on peut sérieusement décider de se livrer à un classement par couleurs. Il existe en réalité un vaste nuancier de couleurs dans les éditions actuelles. On a la possibilité d’avoir la collection blanche (Gallimard et les poches folio), mais aussi la noire (polars), la rouge (Grasset), la jaune (Verdier) etc…

On peut en outre les ranger par formats, les petits ensemble et les grands entre eux. Les ouvrages anciens compte tenu de leur reliure peuvent cheminer de concert. On ajoute que le classement par séries forme un bel aspect.

 
Critère linguistique

C’est vraiment un critère intéressant, car il croise les données géographiques et la langue. On peut ainsi diviser sa bibliothèque en autant de régions du monde qu'il est possible d'en créer. Cela lui donne une ouverture phénoménale. On peut aménager une région nord-américaine comme une région du Maghreb ou de l'Asie. On peut faire cohabiter les textes non traduits avec ceux traduits.

 

Critère historique

Il demeure le critère historique qui peut lui aussi permettre un classement intelligent. On peut ainsi faire cohabiter les auteurs de la même époque, partageant des courants littéraires. On les classe par dates de parution et on embrasse l’histoire de la littérature sans peine.

 

Dans la proposition de Perec, je n’ai pas rangé deux catégories, les livres en fonction de leur date d’achat ou de prêt et de leur priorité de lecture. Pourquoi ? Parce que ces deux critères totalement atypiques nous offrent la possibilité de « jouer » avec nos bibliothèques ainsi que nous le verrons dans l’article suivant.

 

Source :*Hachette, 1985, page 39

 

Repère à suivre : le classement atypique des livres

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrece 15/04/2020 13:19

Je les classe d'abord par éditions : la Pléiade, gallimard, hachette, livres de poche, etc ... et à l'intétieur de cette classification par ordre alphabétique des noms d'auteurs.

Litteratus 15/04/2020 17:22

Il faut que tu saches dans quelle collection tu as acheté le livre pour le retrouver. Une bonne mémoire visuelle en somme !