Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le vers et la strophe dans Alcools (Apollinaire)

 

Bac 2020 : Apollinaire dans Alcools compose entre classicisme et modernité avec l’emploi du quatrain, du quintil et du distique qu’il revisite à sa façon.

 

 

vers, prose, alcools, Apollinaire, ponctuation

 

 

 

Repères : thème de la modernité poétique : étude

 

Dans l’article précédent, nous avons examiné les différents points qui font entrer Alcools dans la modernité, il reste aujourd’hui à voir comment dans la forme le poète entend « machiner la poésie comme on a machiné le monde. »

https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Esprit_nouveau_et_les_po%C3%A8tes

 

Nous verrons aujourd’hui l’entreprise poétique d’Apollinaire concernant le travail du vers et de la strophe. Il compose entre classicisme et modernité.

Prenons le cas de la tradition métrique qu’il connaît. Le recueil comprend des poèmes de facture classique : le quatrain, le quintil et le distique qu’il revisite à sa façon en respectant l’isométrie (même nombre de pieds).

La modernité provient de l’emploi des vers libres et donc de l’hétérométrie.

 

Quatrain

Dans l’histoire littéraire, le quatrain a constitué un genre majeur à la Renaissance, en donnant lieu à une poésie descriptive et morale, ancêtre des maximes, des fables et des caractères du XVIIe siècle (La Bruyère, La Rochefoucauld).

Un quatrain comprend quatre strophes comportant des rimes croisées ABAB ou embrassées ABBA en alexandrins (12 syllabes ou pieds) ou en décasyllabes (10 pieds).

Apollinaire s’inscrit dans cette tradition en respectant les mètres comme dans le poème l’Ermite :

« Un ermite déchaux près d’un crâne blanchi A (12 pieds)
Cria Je vous maudis martyres et détresses B (12 pieds)
Trop de tentations malgré moi me caressent B (12 pieds)
Tentations de lune et de logomachies (…) » A (12 pieds)

https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Ermite_(Apollinaire)

 

Apollinaire s’est affranchi de la règle en proposant un quatrain en octosyllabes :

« La tzigane savait d’avance A (8 pieds) 
Nos deux vies barrées par les nuits B (8 pieds) 
Nous lui dîmes adieu et puis B (8 pieds) 
De ce puits sortit l’Espérance (…) » A (8 pieds) 

https://fr.wikisource.org/wiki/La_Tzigane

 

Quintil

Issu de la Renaissance également, le quintil est une strophe de cinq vers qui comprend trois vers d’une même rime qui est entrecoupée par une seconde différente, ce qui donne Abbab, Abaab ou encore Bcbbc. Il est le plus souvent utilisé en octosyllabes.

Apollinaire en a fait un usage dans Alcools comme dans la suite de poèmes de la chanson du Mal-Aimé. Prenons le poème Réponse des cosaques zaporogues au sultan de Constantinople à la métrique classique :

« Plus criminel que Barrabas A (8 pieds)
Cornu comme les mauvais anges B (8 pieds)
Quel Belzébuth es-tu là-bas A (8 pieds)
Nourri d’immondice et de fange B (8 pieds)
Nous n’irons pas à tes sabbats A (8 pieds)

 (…) »

https://fr.wikisource.org/wiki/La_Chanson_du_mal-aim%C3%A9

 

Mais là encore le poète fait aussi des arrangements avec des rimes imparfaites, c’est-à-dire qui ont une ressemblance phonétique, comme dans les premiers quintils de la chanson du Mal-Aimé

« Un soir de demi-brume à Londres A (8 pieds)
Un voyou qui ressemblait à B (8 pieds)
Mon amour vint à ma rencontre A (8 pieds)
Et le regard qu’il me jeta B (8 pieds)
Me fit baisser les yeux de honte A (8 pieds)

Je suivis ce mauvais garçon A (8 pieds)
Qui sifflotait mains dans les poches B (8 pieds)
Nous semblions entre les maisons A (8 pieds)
Onde ouverte de la mer Rouge B (8 pieds)
Lui les Hébreux moi Pharaon A (8 pieds)

Que tombent ces vagues de briques A (8 pieds)
Si tu ne fus pas bien aimée B (8 pieds)
Je suis le souverain d’Égypte A (8 pieds)
Sa sœur-épouse son armée B (8 pieds)
Si tu n’es pas l’amour unique » A (8 pieds)

https://fr.wikisource.org/wiki/La_Chanson_du_mal-aim%C3%A9

 

Distique

D’origine latine, le distique est une strophe de deux vers qui fait office de refrain comme dans le célèbre poème sur le Pont Mirabeau.

 

Les vers libres

Il s’agit de vers qui sont sans strophe, sans rime et sans unité métrique. On retrouve le meilleur exemple dans les deux plus grands poèmes du recueil, Zone et Vendémiaire, le choc de deux mondes.

 

repère à suivre : Zone et Vendémiaire, deux mondes opposés

 

source : https://www.cairn.info/revue-litterature-2006-3-page-28.htm#

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article