Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le choc des langages dans Alcools (Apollinaire)

 

Bac 2020 : dans le cadre de la modernité poétique d’Alcools, Apollinaire fait entrer le corps dans sa poésie, en usant de contrastes saisissants oscillant entre lyrisme et trivialité.

 

choc, langage, alcools, Apollinaire, Baptiste, Salomé

 

 

Repères : thème de la modernité poétique : étude

 

Dans l’article précédent, nous avons examiné les deux plus grands poèmes aux extrémités du recueil, Zone et Vendémiaire, l’opposition de deux mondes. Nous verrons aujourd’hui le choc des langages au sein de cette poésie.

 

Corps

Apollinaire fait entrer le corps dans sa poésie. Il lui accorde une place prépondérante s’agissant de l’amour. Bon nombre de poèmes évoquent le cœur, les yeux , les mains etc…

Le héros est incarné pour l’érotisme. L’auteur use donc de contrastes saisissants entre lyrisme et trivialité.

Ainsi dans le poème Palais, on peut passer d’un genre à un autre :

« (…)
Dame de mes pensées au cul de perle fine
Dont ni perle ni cul n’égale l’orient
Qui donc attendez-vous
De rêveuses pensées en marche à l’Orient
Mes plus belles voisines

(…) »

https://fr.wikisource.org/wiki/Palais

 

Érotisme

Apollinaire fait de l’amour un des thèmes principaux de son recueil et partant, l’érotisme voilé est présent dans bon nombre de poèmes. Le feuillard (corps de l’homme), les fruits du jardin (amour), la blancheur de la neige (corps de la femme) sans parler des allusions avec le toucher ou la bouche.

Il s’agit de montrer que l’amour menace le héros puisque l’amour est malheureux.

Boire consiste donc à oublier cette misère ; cela fait chuter l’homme, sauf s’il se tourne vers l’immortalité des vers.

L’alcool brûle, mais de ce feu renaît le poète.

 

SALOMÉ

Il vous est proposé de parcourir un texte éloquent sur ce parfum d’érotisme avec le bâton qui signifie le phallus. On notera que la danse équivaut à l’infidélité ou l’éloignement de la femme. Il s'agit du récit d'une danse macabre, celle de Salomé réclamant la tête de Jean-Baptiste.

Voici donc l'alternance de ces quatrains réguliers et irréguliers. Ils sont soit en en alexandrins, soit en décasyllabes L.14 ou soit en hexamètres L.21,22,23. Les rimes croisées ABAB (strophes 1, 3, 4) ou en rimes embrassées ABBA (strophe 5) ou irrégulières débouchent sur une dégradation de la poésie devenue folle.

Pour que sourie encore une fois Jean-Baptiste
Sire je danserais mieux que les séraphins
Ma mère dites-moi pourquoi vous êtes triste
En robe de
comtesse à côté du Dauphin

Mon cœur battait battait très fort à sa parole
Quand je dansais dans le fenouil en écoutant
Et je brodais des lys sur une banderole
Destinée à flotter au bout de son bâton

Et pour qui voulez-vous qu’à présent je la brode
Son bâton refleurit sur les bords du Jourdain
Et tous les lys quand vos soldats ô roi Hérode
L’emmenèrent se sont flétris dans mon jardin


Venez tous avec moi là-bas sous les quinconces
Ne pleure pas ô joli fou du roi
Prends cette tête au lieu de ta marotte et danse
N’y touchez pas son front ma mère est déjà froid

Sire marchez devant trabants marchez derrière
Nous creuserons un trou et l’y enterrerons
Nous planterons des fleurs et danserons en rond
Jusqu’à l’heure où
j’aurai perdu ma jarretière
Le roi sa tabatière
L’infante son rosaire
Le curé son bréviaire

Grammaire

On trouve des phrases affirmatives qui s'opposent aux phrases interrogatives.

pourquoi vous êtes triste

Et pour qui voulez-vous

Le contraste entre les questions et l'affirmation donne de la légèreté à la scène tragique. Autre contraste. On voit aussi l'opposition entre le "je" et "vous"/ "tous" et "nous".

 

Opposition

Les oppositions dans le comportement  joie/triste, dans le mouvement danser/broder, de vie et de mort refleurir/flétrir, devant/derrière....

 

Sens

La vue, l'ouïe et le toucher sont convoqués dans ce poème qui est le spectacle d'une danse macabre.

 

Conjugaison

Les modes subjonctif, conditionnel, indicatif et impératif sont présents dans ce poème. Un effet changement et virevoltant.

 

Champ lexical

Trois champs lexicaux s'opposent et sont à noter. On voit le champ lexical du sacré, Jean-Baptiste, les séraphins, Hérode, le rosaire, curé, Jourdain etc. Un autre relatif à la nature (fleur, lys, fleurir, planter, jardin, fenouil etc.) Le thème de la parade militaire est aussi présent (soldat, bannière, roi, marcher derrière, lys, trabants)

 

Figures de style

Apollinaire use de répétitions, " battait battait ", de métaphores "le bâton", de gradations :

Le roi sa tabatière
L’infante son rosaire
Le curé son bréviaire

 

Repère : les différents registres dans Alcools

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article