Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La question de l’identité chez Julien Sorel

 

Bac 2020 : Le Rouge et le Noir de Stendhal est considéré comme un roman d’éducation. Pour analyser la trajectoire de ce héros, il faut évoquer la question de son identité.

 

identité, Julien Sorel, rouge et le noir, stendhal, question

 

Repères : thème du héros stendhalien : étude

 

Dans l’article précédent, nous avons tenté de comprendre la socialisation primaire de Julien Sorel au travers de la construction de sa personnalité. Voyons aujourd’hui le ressort de son identité.

 

Stendhal s’ingénie à opposer Julien et ses proches parents à la fois sur le plan physique et moral pour que cette question d’identité du héros finisse par surgir. Cette dernière passe par le rejet de ses liens biologiques et corrélativement par la création fantasmée d’une ascendance nobiliaire. Nous reprendrons ces deux points, si vous le voulez bien. 

 

Rejet de sa filiation

Julien Sorel apparaît comme un étranger au sein de sa propre famille. L’entrée chez les Rênal s’apparente à une rupture avec les siens. Il quitte l’univers du travail manuel (la scierie) pour exercer une activité intellectuelle (l’éducation). Rapidement, il touche directement son salaire aux lieu et place de son père (livre 1, chapitre 6). Puis, Julien apprend à négocier ses appointements en jouant sur la jalousie de Monsieur de Rênal à l’égard de Monsieur Valenod.

 

De fait, il n’a plus de rapports avec son père, puisque ceux-ci ne sont fondés que sur une chose, l’argent. C’est le ciment de leur lien. La preuve en est donnée par Julien dans l’ultime entretien entre le père et le fils (partie 2, chapitre 44). On apprend à cette occasion qu’un père peut se croire le créancier de son fils en vertu d’une obligation de rembourser les frais d’éducation.

 

Ayant rompu de fait avec sa famille biologique, Julien s’invente une filiation du fait de son imagination débordante. Il faut dire que le récit nous entraîne aussi dans la plus grande confusion avec des allusions, références vraies ou supposées sur une ascendance aristocratique. Stendhal crée des illusions intéressantes telles que le marquis de La Mole qui lui envoie de l’argent en signant « Paul Sorel », ou le jour où Julien récupère des bottes au nom de Julien de Sorel.

 

Nouvelle ascendance

En effet, cette ascendance supposée tend vers une origine aristocratique qui serait plus conforme aux vues de Julien. Justement notre héros se sent le « fils naturel de quelque grand seigneur » (Livre 2, chapitre 35).

 

Cette thèse prend de l’étoffe avec le marquis de La Mole qui lui offre une décoration en sa qualité de faux fils cadet du duc de Retz (livre 2, chapitre 8). Cette incertitude se lie aussi avec la proposition d’alliance faite par Korassoff. L’abbé Pirard a évoqué lui-même « la mystérieuse naissance de Julien » (partie 2, chapitre 37). L’ambiguïté est savamment entretenue…

 

Dans l’article suivant, nous verrons l’éducation proprement sociale de Julien Sorel.

 

Source :

Michel Crouzet, Le Rouge et le Noir, essais sur le romanesque stendhalien, PUF, 1995 pages 43 et suivantes,

 

Repère à suivre : la première éducation sociale de Julien Sorel

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article