Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le silence, une figure de style

 

Le silence est entré dans la linguistique au travers des figures de style. 

 

silence, thème, langage, ellipse, aposopièse

 

 

 Repères : thème du silence : étude : forme de langage

 

Dans l’article précédent, nous avons achevé la deuxième partie de notre étude consacrée au silence. Nous verrons dans la troisième que ce thème constitue une forme du langage. Nous débutons aujourd’hui par la linguistique qui crée à partir de ce silence une authentique figure de style. Précisons si vous le voulez bien.

 

Ellipse

C’est dans la catégorie des ellipses qu’il faut chercher notre figure. Elle se trouve en effet dans les tournures qui tendent à des économies de moyens. Qu’est-ce qu’une ellipse ? 

Elle consiste à passer sous silence des évènements, ce qui accélère l’action. Une fameuse ellipse est insérée dans ces quelques vers d’Andromaque de Racine  :

« Je t'aimais inconstant ; qu'eussé-je fait fidèle ? »

Comme l’indique le Littré, l'ellipse sous-entend l’idée suivante : qu’aurais-je fait si tu avais été fidèle ?

Il existe une autre figure qui entoure le silence, c’est l’aposiopèse.

 

Aposiopèse

Connue aussi sous le nom de figure de réticence, elle vise expressément à suspendre le sens d’une phrase en laissant le soin au lecteur de le compléter. Il s’agit d’ériger le silence en une forme d’éloquence. Se taire pour mieux dire. Pour ce faire, l’usage de la ponctuation appuie la figure par l’emploi du point de suspension, du point d’interrogation, ou du point d’exclamation. 

 

On retrouve aussi Racine dans une autre tragédie pleine de ces silences. Il s’agit d’un extrait de Bérénice. En dépit de son ardente passion pour Bérénice, Titus n’est pas en mesure d’expliquer à son amante les motifs qui le poussent à ne pas l’épouser. Il tait ainsi les raisons politiques. 

Dans ce face à face, il est incapable de parler et de finir ses phrases…

 

« TITUS.

Non, madame : jamais, puisqu’il faut vous parler,
Mon cœur de plus de feux ne se sentit brûler… 
Mais…

 

BÉRÉNICE.

Achevez.

 

TITUS.

Hélas !

 

BÉRÉNICE.

Parlez.

 

TITUS.

Rome… l’empire…

 

BÉRÉNICE.

Eh bien ?

 

TITUS.

Sortons, Paulin : je ne lui puis rien dire. » 

Racine, Bérénice, Acte II, scène IV

https://fr.wikisource.org/wiki/Bérénice_(éditions_Didot,_1854)

 

Sources : 

les figures de style, que sais-je,  Henri Suhamy

Racine, Andromaque. IV, 5 

Littré : ellipse

 

Dans l’article suivant, nous verrons comment le bruit peut aussi constituer …un silence

repère à suivre : du bruit et du silence

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article