Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le ghetto intérieur, silence profond (Amigorena)

 

Lorsque le silence est le révélateur d’une culpabilité, d’un châtiment que l’on s’impose.

ghetto, intérieur, Shoah, silence, thème, livres, Amigorena

 

 

 Repères : thème du silence : étude : forme de langage

 

Dans l’article précédent, nous avons évoqué la question du silence dans la littérature au travers d’un grand écrivain, Aharon Appelfeld, victime de la Shoah. Nous poursuivons avec le traumatisme ressenti sur plusieurs générations. Le dernier ouvrage de Santiago H. Amigorena.

 

Silence

La courte préface de l’auteur place le silence au cœur de ce roman. Il est en effet mentionné : « Il y a vingt-cinq ans, j’ai commencé à écrire un livre pour combattre le silence qui m’étouffe depuis que je suis né. » 

Nous voici plongés dans la peau du grand-père du narrateur, Vincente, juif polonais, exilé en Argentine en 1928. Dans ce pays prospère, il a fait sa vie avec femme et enfants. Il est heureux, car il est loin des siens restés en Europe. Son passé est aboli et son identité juive gommée. La montée du nazisme et la fermeture du ghetto de Varsovie changent la donne. 

 

Devant les périls, Vicente se reproche de ne pas avoir écrit à sa mère. Il lui envoie quelques dollars, mais cela ne suffit pas. Il s’en veut d’avoir manifesté de l’indifférence et culpabilise de n’avoir pas cherché vraiment à la faire venir en Argentine. Face aux nouvelles alarmantes, il est assommé par son impuissance.

 

Cette culpabilité le conduit progressivement à ne plus pouvoir vivre comme avant. L’homme change dans sa physionomie, il vieillit. Il décide d’instinct de se taire. Il peine à vivre alors pourquoi parler ? Sa famille est désemparée par ce silence que rien ne peut rompre, ni l’affection qui leur porte, ni la nécessité du quotidien. Le silence se veut aussi thérapeutique :

« le silence, comme le jeu, espérait-il, l’aiderait à apaiser ses tourments. » (page 122) Mais c’est la descente en enfer qu’un évènement ne poussera pas à son terme. Le silence devient un châtiment que l’on s’impose.

 

Repère à suivre : la synthèse

Le ghetto intérieur, silence profond (Amigorena)
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article