Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le « petit fait vrai » (Stendhal)

 

Il vous sera proposé un nouveau thème concernant à la fois la sociologie, mais aussi la littérature. Il sera question de traiter du fait divers au travers des livres. Sujet incongru ? Peu littéraire ? 

 

le petit fait vrai, Stendhal, thème, fait divers, livres, littérature

Repères : fait divers : éditorial

 

Et si la littérature n’était rien sans le fait divers ? Et si elle était totalement elle-même avec le fait divers. Deux questions, deux approches décisives sur ce thème qui touche au réel dans la création artistique. 

 

Réalité

Que serait la littérature sans le fait divers ? Des œuvres fondées sur l’imaginaire, sur le rêve, sur l’uchronie, mais pas sur le réel. Pourtant, ce rapport avec la réalité a partie liée avec la littérature. L’exclure nous conduirait à placer bon nombre d’auteurs classiques, mais aussi contemporains de côté. (Balzac, Stendhal, Zola, Mauriac, Camus, Capote, Emmanuel Carrère, Jean Teulé etc.)

 

Entrefilet

En effet, il n’est pas rare qu’un roman ait pour point de départ un entrefilet dans un journal, un récit d’un acte hors du commun, la lecture d’une chronique judiciaire. C’est ce que Stendhal appelait le « petit fait vrai ». Beaucoup d’auteurs classiques s’en sont inspirés pour élaborer leur œuvre. 

 

Au XIXe siècle, la réécriture d’un fait divers donne lieu au surgissement d’un livre qui quitte le particulier pour conduire à l’universel. C’est pour cela que le fait divers ne doit pas être jugé de manière péjorative, mais doit être compris comme le fondement d’une œuvre littéraire.

 

Ce mois-ci, place au « petit fait vrai ! »

 

Repère à suivre : le sommaire

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article