Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le fait divers, prétexte à démonstration 

 

Le fait divers dans sa construction peut être entièrement créé pour devenir le prétexte à une argumentation comme dans le cas de l’honneur perdu de Katharina Blum sous la plume d’Heinrich Böll.

fait, divers, thème, Böll, l'honneur perdu de Katharina Blum, presse

 

 Repères : fait divers : étude

 

Dans l’article précédent, nous avons essayé de démontrer l’importance de la part de réel dans les romans du XIXe siècle. Nous allons maintenant aborder le fait divers compris comme un simple prétexte à une argumentation décisive. 

 

« Mauvaise » rencontre

Dans l’Allemagne de l’Ouest des années 1970, Katharina Blum est décrite comme une jeune femme sans histoire qui rencontre à une réception un gangster dont elle s’éprend subitement. Mise en cause par la presse à scandales, elle finit cinq jours plus tard par tuer le journaliste qu’elle juge responsable de son déshonneur. Sous le feu d’un nouvel emballement médiatique, s’ensuivent des conséquences dramatiques en chaîne pour elle-même et pour son entourage. 

Le livre s’ouvre sur le point de vue d’un narrateur qui expose ses sources fondées sur les pièces du dossier. Il entreprend de replacer les faits dans le contexte après de savantes analepses*. Il dresse ainsi le tableau d’une femme injustement calomniée par la presse à sensation. Les campagnes dirigées contre elle sont pleines de mensonges éhontés. Qu’importe puisqu’il relève qu’elle seule se trouve mise en accusation.

« D’autres journaux qualifièrent aussi le meurtre des journalistes de particulièrement vil, épouvantable, dramatique, au point d’en faire presque, pourrait-on dire, un meurtre rituel. » (page 13)

 

Argumentation

Le sous-titre de ce roman nous éclaire : l’honneur perdu de Katharina Blum ou Comment peut naître la violence et où elle peut conduire.

Il s’agit pour le prix Nobel de dénoncer les méfaits de la presse à scandale, ses hypocrisies dissimulées sous le voile de la morale. C’est aussi une leçon sur l’état de nos sociétés, malades de ses propres mensonges et de sa violence.

 

Dans l’article suivant, nous verrons le faux fait divers orchestré par Leila Slimani, dans Chanson douce.

 

Repère à suivre : Chanson douce de Leila Slimani,

 

 

*flash-back

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article