Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le commentaire en français : les 5 sens

Le commentaire littéraire nécessite une méthode pour le réussir. La Méthode Des GROSSES CLEFS © permet de comprendre un texte. Après la grammaire, les oppositions, c'est au tour des cinq sens qu'il faut étudier dans le détail le sujet.

commentaire, méthode des 6 grosses clefs, 5 sens, analyse, texte, français , bac, truc, astuce

repères : thème des examens : le commentaire

 

Méthode

Nous avons présenté la Méthode Des GROSSES CLEFS ©. Il s’agit de prendre le texte sous six angles à l'aide d'un moyen mnémotechnique : après la grammaire, les oppositions, nous nous intéresserons aujourd'hui aux sens.

         6           GROSSES                                      CLEFS

 

Gr : grammaire                               C : Conjugaison

OS : oppositions                            le : champ lexical 

SE : les 5 sens                            FS : figures de style

 

Sens

Qu'est-ce que nous entendons par là ? De quels sens s'agit-il ? Il s'agit de la vue, de l'ouïe, de l'odorat, du toucher et du goût. Vous serez étonnés de trouver qu'un texte peut convoquer un ou plusieurs sens. Ce n'est pas un hasard. Il faut en chercher les raisons. Reprenons notre sonnet de Ronsard déjà vu sous des angles différents.

Dans le premier quatrain, c'est la vue que le poète a privilégié. C'est l'apparence de la fleur qui est au centre de ces vers. Sa couleur attire notamment le regard. Il n'en va pas de même avec le second quatrain qui fait appel à l'odorat et au toucher. La fleur exhale un tel parfum qu'elle épuise sa vie. La pluie la touche aussi ce qui l'achève. On retrouve la vue dans le premier tercet, la vue alors que c'est le toucher qui prend le relais au dernier tercet. C'est donc une vision bien humaine de la vie qui est au centre de ce poème. Ce point sera corroboré au point relatif aux figures de style avec notamment les personnifications...

Comme on voit sur la branche au mois de mai la rose,
En sa belle jeunesse, en sa première fleur,
Rendre le ciel jaloux de sa 
vive couleur,
Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l'arrose ;

La grâce dans sa feuille, et l’amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d’odeur;
Mais battueou de pluie, ou d’excessive ardeur,
Languissante elle meurt, feuille à feuille déclose.

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoraient 
ta beauté,
La Parque t’a tuée, et cendres tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs, 
Afin que vif et mort, ton corps ne soit que roses.

Pierre de Ronsard, Amours, 1560

Dans l'article suivant, nous verrons l'importance de la conjugaison.

repère à suivre : la conjugaison.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article