Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le contrat social entre le peuple et l’État

Le thème du peuple nous conduit à évoquer les thèses contractualisées. Le Contrat social est une construction théorique en sciences politiques destinées à justifier l'état de société. Le concept du peuple apparaît à cet égard déterminant...

 

 contrat social, entre ,le peuple,  l'état, ROUSSEAU

 Repères : thème du peuple : présentation

Dans l’article précédent, il a été abordé la théorie de la servitude volontaire de la Boétie au 16esiècle. Nous arrivons aujourd’hui à la conception du peuple qui passe par l’existence toute théorique d’un contrat social. Rousseau élabore ainsi deux sociétés, l’une dite naturelle et l’autre dite sociale. Le concept de peuple surgit alors du passage de la première à la seconde.

Conservation

Le premier constat posé est celui de l’individu qui, dans l’état de nature, est soumis à la violence des autres. Il ne lui est pas possible de survivre. La seule option possible est celle qui lui permet d’unir ses forces dans une association avec les autres hommes tout en conservant paradoxalement sa liberté, ce qui n’est pas sans difficulté. Après une longue analyse, Rousseau en arrive à l’émergence de la volonté générale, qui est le réceptacle et le garant de cette liberté de l’homme.

« Trouver une forme d’association qui défende et protège de toute la force commune la personne et les biens de chaque associé, et par laquelle chacun s’unissant à tous n’obéisse pourtant qu’à lui-même et reste aussi libre qu’auparavant ? » Tel est le problème fondamental dont le contrat social donne la solution. (…)

Si donc on écarte du pacte social ce qui n’est pas de son essence, on trouvera qu’il se réduit aux termes suivants. Chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprême direction de la volonté générale ; et nous recevons en corps chaque membre comme partie indivisible du tout.»

 

Peuple

Il reste que le peuple, sujet de notre présentation, n’apparaît pas encore. Patience ! Juste le temps de la formation de ce contrat évidemment tout théorique. Comme par enchantement, Rousseau fait naître l’État d’une part et d’autre part, le Peuple ainsi qu’il le dit dans le contrat de société : 

« A l’instant, au lieu de la personne particulière de chaque contractant, cet acte d’association produit un corps moral et collectif composé d’autant de membres que l’assemblée a de voix, lequel reçoit de ce même acte son unité, son moi commun, sa vie et sa volonté. Cette personne publique qui se forme ainsi par l’union de toutes les autres prenait autrefois le nom de Cité, et prend maintenant celui de République ou de corps politique, lequel est appelé par ses membres État quand il est passif,  Souverain quand il est actif, Puissance en le comparant à ses semblables. A l’égard des associés ils prennent collectivement le nom de peuple, et s’appellent en particulier Citoyens comme participants à l’autorité souveraine, et Sujets comme soumis aux lois de l’État. Mais ces termes se confondent souvent et se prennent l’un pour l’autre ; il suffit de les savoir distinguer quand ils sont employés dans toute leur précision. »

 

Rousseau, du contrat social, Livre 1, chapitre 6

https://fr.wikisource.org/wiki/Du_contrat_social/Édition_1762/Livre_I/Chapitre_6

 

repère à suivre : le peuple au XIXe siècle

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article