Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le jardin du Moyen âge

Le jardin du Moyen-Âge comprend plusieurs jardins, le verger, le potager et le jardin médicinal. La littérature a rendu compte de son importance en redécouvrant le Cantique des cantiques.

Le jardin du Moyen âge Cluny la Sorbonne potager
Jardins du musée de Cluny

repère : thème du jardin : présentation

 

Monachisme occidental

 

Dans l'article précédent, nous avons vu l’étymologie du mot jardin, terme romain composé de hortus gardinus, jardin clos.

Revenons aujourd’hui sur cette notion de clôture significative dans les communautés religieuses du Moyen-Âge. Si l’on parle de coupure, on entend particulièrement la séparation du monde des hommes avec celui de Dieu. On oppose ainsi le profane et le sacré.

Dans cette perspective, le jardin joue un rôle important dans les communautés médiévales, qui sont propriétaires de vastes domaines. Mais de quels jardins parlons-nous ? Il en existe plusieurs en effet avec des fonctions bien distinctes.

 

Des jardins au pluriel

Le verger ou vergier, (pomarius), présente une fonction symbolique à la différence du jardin potager (hortulus) qui se distingue par sa fonction économique et du jardin médicinal (herbularius) qui occupe une fonction curative.

À ces trois jardins qui cohabitent harmonieusement s'ajoute un autre, situé au centre du cloître, à côté de l’église. Il représente le ciel dans la terre avec cette vision médiévale que Dieu est au centre de tout.

On a donc un lieu clos avec ses quatre murs (figurant les coins cardinaux, les fleuves du jardin d’Eden) ceinturant un jardin dont les plantes revêtent un symbole précis. Les roses rouges figurent la passion, le buis, l’éternité, le lys blanc, la virginité…

 

Le jardin du cloître a bien une vocation mystique qui est tirée de la lecture biblique du Cantique des Cantiques : désir de Dieu, de bonheur, de félicité, un Éden sur terre, avant-goût de celui au ciel…

 

*** 

  1. « Tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée, 
    une source fermée, une fontaine scellée.
  2. Tes jets forment un jardin, où sont des grenadiers, 
    avec les fruits les plus excellents, 
    les troënes avec le nard ;
  3. Le nard et le safran, le roseau aromatique et le cinnamome, 
    avec tous les arbres qui donnent l’encens ; 
    la myrrhe et l’aloès, 
    avec tous les principaux aromates ;
  4. Une fontaine des jardins, 
    une source d’eaux vives, 
    des ruisseaux du Liban. 
  5. Lève-toi, aquilon ! viens, autan ! 
    Soufflez sur mon jardin, et que les parfums s’en exhalent ! 
    Que mon bien-aimé entre dans son jardin, 
    et qu’il mange de ses fruits excellents ! »

 

Bible, Cantique des cantiques, traduction Segond, 

https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Cantique_des_cantiques#Cantique_des_cantiques_4

 

 

Repères à suivre : le jardin du paradis …céleste

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article