Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le jardin de l’abbaye de Thélème

Le thème du jardin est une préoccupation dans l'ordonnancement d'un monde ouvert à l'homme. L'abbaye de Thélème évoqué par Rabelais prévoit justement un jardin ouvert sur l'extérieur.

 

Repères : thème du jardin : présentation

 

 Idéal humaniste

 

Après avoir abordé dans l’article précédent les nouvelles aspirations nées à l’époque de la Renaissance, continuons aujourd’hui notre petit tour de jardin dans sa rencontre avec la pensée humaniste. Nous voici avec Rabelais à l’abbaye de Thélème, idéal d’un lieu de prières et de sociabilité s’inscrivant dans un climat de liberté. Il s'agit d'une entreprise qui vise à joindre le christianisme avec l’épicurisme. La Gazette avait en son temps présenté les principes de fonctionnement au sein de cette demeure.

 

Découvrons donc dans le détail la situation de cette abbaye située à la différence des autres, sur les bords de la Loire. Rabelais décrit en réalité un admirable château de la Renaissance agrémenté d’un jardin ouvert sur l’extérieur : c’est une splendeur avec des matériaux précieux et une débauche de lieux d’agrément. 

 

Jardin Renaissance

 

Il s’agit en fait d’un jardin à l'italienne, situé immédiatement autour d’une villa dotée d’une longue galerie sur une façade. Il comporte des fontaines à jeux d’eau, des statues, des bassins sur différents niveaux. Il accueille aussi des vergers ordonnés de manière géométrique et symétrique avant qu’il s’ouvre sur un large parc. C’est un lieu qui respecte les règles de perspective. Le labyrinthe a pour objet de favoriser l’imaginaire. 

 

« Au milieu de la cour intérieure, il y avait une magnifique fontaine de bel albâtre. Au-dessus, les trois Grâces, portant des cornes d'abondance, rejetaient l'eau par les mamelles, la bouche, les oreilles, les yeux et les autres orifices du corps. La partie du bâtiment située au-dessus de cette cour était supportée par de gros piliers de calcédoine et de porphyre et des arcs à l'an- tique, sous lesquels se trouvaient de belles galeries, longues et vastes, ornées de peintures et de cornes de cerfs, de licornes, de rhinocéros, de dents d'hippopotames ou d'éléphants, et d'autres choses dignes d'admiration. Les appartements des dames allaient de la tour Arctique à la porte Antarctique. Les hommes occupaient le reste. En face des appartements des dames, au-dehors, il y avait pour les distraire, entre les deux premières tours, les lices, l'hippodrome, le théâtre et les bassins, avec les mirifiques piscines à trois niveaux, bien pourvues de tout l'équipement nécessaire et d'eau de myrte en abondance. 

Le long de la rivière, c'était le beau jardin d'agrément avec, en son milieu, le beau labyrinthe. Entre les deux autres tours, les jeux de paume et de ballon. Du côté de la tour Glaciale, le verger, planté de toutes les espèces d'arbres fruitiers, tous disposés en quinconce. Au bout s'étendait le grand parc, foisonnant de toutes sortes de bêtes sauvages. »

 

Rabelais, Gargantua , chapitre 57

 

Repère à suivre : le jardin imparfait

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article