Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

L’exil, la question du temps (Claudel)

Dans le partage de midi, Claudel situe aussi l'action dans une temporalité précise : midi/minuit. C'est l'heure du possible qui s'oppose à l'heure de la fin...

midi minuit partage Claudel désirs

 

 

Repère : thème du partage : l’étude

 

Après avoir examiné dans un précédent article la question d’une géographie en partage, découvrons aujourd’hui la notion du temps qui est déterminante dans l’exil…

 

Le temps

 

Sur ce paquebot, le temps s’étire aussi. Chacun semble en avoir perdu la notion ; nul ne se souvient de la date du départ ni même de celle d'arrivée. C’est également le temps d’un exil qui est ramassé dans un seul présent où s’offrent tous les possibles. 

À l’exception de Mesa, les personnages n’ont en effet aucun projet de retour. On y va pour faire fortune dans un temps indéfini. Joueur, Amalric est même prêt à y laisser sa vie. L’appât du gain motive finalement l’essentiel des passagers de ce bateau.

 

L’infini

Dans ce temps infini, c’est surtout un moment propice à l’éclosion des désirs qui s’imposent à eux. Le caractère apparemment fortuit de toutes ces rencontres se révèle comme des instants décisifs à vivre : volonté de réussite matérielle, projets de conquête amoureuse. Dans ce contexte, un seul personnage n’entre pas dans ce schéma de pensée, Mesa.

 

Midi-Minuit

C’est pourtant celui qui sera le plus transformé par l’action. N’attendant, en effet, plus rien de la vie, il est paradoxalement prêt à une rencontre majeure. Malgré lui, il succombe rapidement aux charmes d’Ysé la coquette. Dans cet espace-temps, cette histoire d’amour s’impose à eux comme une évidence. D’ailleurs, il est midi, l’heure du possible qui s’opposera plus loin à minuit, l’heure de la fin, de la mort.

 

Renoncement 

Et pourtant, les deux amoureux sont parfaitement dissemblables. À une histoire qui répond à une attente sous-jacente de la part d’Ysé s’oppose une atonie* morale de la part de Mesa. Parti en Chine, ce dernier a ainsi choisi un exil loin des hommes et de la vie. Et c’est la présence de cette femme qui bouleverse l’ordonnancement de son complet renoncement.

 

« Ysé.—— Mesa, je suis Ysé, c’est moi.

Mesa. —— Il est trop tard.

Tout est fini. Pourquoi venez-vous me rechercher ?

Ysé. —— Ne vous ai-je pas trouvé ?

Mesa. —— Tout est fini ! Je ne vous attendais pas.

J’avais si bien arrangé

De me retirer, de me sortir d’entre les hommes, c’était fait !

Pourquoi venez-vous me rechercher ? Pourquoi venez-vous me déranger ? »

(Acte I)

 

Rappelé à la vie par ce sentiment qui porte la marque d’un absolu, Mesa comprend aussitôt qu’il s’agit d’un amour impossible ; la femme qu’il aime est mariée à un autre. C'est un dilemme a priori insurmontable pour lui.

 

De plus, on verra qu'Ysé se trouve à la confluence des désirs de trois hommes, le mari, le premier et le dernier amoureux. Comment cette femme courtisée répondra-t-elle à toutes ces demandes ?

 

*atonie : état d'indifférence

 

Repère à suivre : une femme en partage (Claudel)

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article