Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Les Météores

Une géographie si particulière

Repères : carnet de voyage : Tour de Grèce

Quittant l’Epire, nous ferons une courte escale dans un lieu unique en son genre, paysage rocheux, aride : les Météores.

C’est la surprise qui attend tout visiteur à la vue de ces cimes. La Gazette vous laisse en compagnie d’un voyageur qui partage pour nous ses premières impressions. Il s’agit d’un diplomate et écrivain, membre de l’Académie Française, Eugène-Melchior de Vogüé, par ailleurs grand traducteur d’auteurs russes. Il s’intéressa aussi à l’Orient en publiant de nombreuses œuvres, dont les Météores.

Il vous est proposé aujourd’hui de lire la description de cette géographie si particulière au travers du prisme du narrateur de son roman, Vanghéli. On voit toute l’opposition entre le ciel et la terre et du choix radical qu’impose la vie en haut de ces monts.

***

« Tout autour de nous se dressaient des aiguilles, des colonnes, des tables de pierres, squelettes de montagnes grêles et sveltes, hauts de plusieurs centaines de pieds, sans lien entre eux. Enracinés aux âpres rochers de cette gorge bouleversée, les fûts naturels montaient tout d’une venue dans la ligne d’aplomb comme des peupliers de granit. Aucun accès apparent sur les parois à pic ; et pourtant, sur les faîtes étroits, des maisons blanches se détachaient en plein ciel, ainsi que les nids de cigognes sur les minarets des villes d’Asie. Ce sont les couvents des Météores (meteora, suspendu en l’air), vraies maisons de prière, qui peuvent bien être en communication avec le ciel, mais que rien ne rattache à la terre. La légende qui en attribue la construction à des puissances célestes a dû s’établir sans peine, car on ne conçoit pas comment des architectes humains ont pu élever des matériaux sur ces cimes. Là-haut vivent de petites communautés de stylites, des moines qui ont fait vœu de ne plus quitter ces prisons aériennes, où leur vie s’écoule sur un plateau de quelques mètres carrés. J’y ai vu des vieillards qui depuis cinquante ans n’étaient pas redescendus dans le bas monde. »

Vanghéli, Eugène-Mélchior de Vogüé

http://fr.wikisource.org/wiki/Vangh%C3%A9li/10

Repères à suivre : interlude

 

Les Météores

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article