Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

La guerre de Troie : lorsqu’Achille change d’avis (5)

Une question d’amitié

Repères : carnet de voyage : tour de Grèce

Dans l’article précédent, on a indiqué que la colère d’Achille, le valeureux héros grec qui a refusé de reprendre sa place au combat, a privé son camp de son précieux appui. Pire, son dépit amoureux a conduit à l’octroi par Zeus de la victoire de ses adversaires, les Troyens.

Le siège de Troie tourne au désastre. On pense même à l’abandonner sauf à tenter de faire revenir Achille sur son vœu de ne pas participer à la guerre. Ce dernier persiste dans son refus et menace même de rentrer en Grèce.

Or, un évènement va l’amener à revenir au combat. Il faut attendre le chant 18 pour voir le héros revenir sur sa décision.

Mais que s’est-il passé ?

Il vous est proposé de faire la connaissance de Patrocle, l’ami d’Achille. Précisons les choses.

Le chagrin d’un ami : la vengeance

La déroute des Grecs est telle que Patrocle adresse des reproches à son ami dont l’inertie le révolte. Il lui demande -au chant 16- de lui prêter ses vêtements et ses armes pour tenter de se faire passer pour lui.

L’effet escompté est de provoquer l’effroi des Troyens qui connaissent la vaillance d’Achille.

Ce dernier consent à lui prêter ce qu’il lui demande. Nous verrons grâce à l’analyse claire faite par un auteur du XIXème siècle, Mallarmé ce qui va conduire Achille à sortir de sa neutralité au chant 18.

 

***

« Les désastres des Achéens émurent Patrocle au point qu’il alla vers la tente du guerrier solitaire et le supplia de le laisser, lui, Patrocle, sortir sur le char d’Achille et avec l’armure d’Achille, et vaincre les Troyens. L’ami écouta la prière de l’ami, mais lui donna en même temps l’ordre exprès de combattre en plaine, et de ne pas mener le char contre la ville. Patrocle n’obéit pas entièrement à cet ordre : et c’est ainsi que, après avoir tué Sarpédon, il fut lui-même accablé et tué par Hector, qui dépouilla son corps de l’armure étincelante. Achille, à la nouvelle de cette mort, s’arracha les cheveux ; et, déchirant ses vêtements, se coucha en pleurant dans la poussière. Ce que les prières et les supplications avaient été impuissantes à obtenir, lui fut arraché par sa douleur accablante et sa rage. Achille jura de se venger d’Hector, et de sacrifier douze jeunes gens troyens sur le bûcher funèbre de son ami.

Mais comment aller combattre sans son armure ? À la prière de Thétis, Héphaïstos forgea pour Achille une nouvelle armure, qui le portait comme comme l’aile porte un oiseau. Quant à sa lance et à son épée, elles étaient encore dans sa tente : car aucune main mortelle ne pouvait manier ces armes que celle d’Achille.

Thétis donna à son fils cet avertissement quand il jura d’avoir la vie de Hector : que son propre trépas suivrait de près celui d’Hector. La réponse d’Achille fut qu’il serait très content de mourir de la mort d’Héraclès, si seulement Hector mourait avant lui. Prophétique lui-même, le cheval Xanthos, quand le héros monta sur son char et commanda à ses coursiers immortels de le ramener sauf du champ de bataille, inclina la tête, et dit à son maître que celui-ci était presque au terme de sa vie. »

Le conte de Troie, Mallarmé

http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Dieux_antiques/Le_Conte_de_Troie

 

Repères à suivre : la guerre de Troie : lorsqu’Achille revient au combat (6)

La guerre de Troie : lorsqu’Achille change d’avis (5)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article