Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Escale à Lesbos

Sapho, une poétesse sulfureuse

Repères : carnet de voyage : tour de Grèce

Dans l’article précédent, nous étions à Samos, île abritant l’hétaïre Bacchide, personnage de la nouvelle de Théophile Gautier, la chaîne d’or ou l’amant partagé. Nous resterons dans des mœurs légères sur cette île très connue, l’ile de Lesbos.

Cette île a donné le nom à la terminologie lesbienne en raison de la naissance en ses lieux de la poétesse Sapho née au 7ème siècle avant JC.

Personnage controversé, aux contours de vie flous, Sappho n’a laissé que des fragments dont les sources sont-elles aussi peu sûres.

Il vous sera proposé de découvrir un extrait de fragment attribué à la poétesse et de voir toujours par le jeu de l’intertextualité, le poème Lesbos de Baudelaire censuré lors de son procès du 20 août 1857, cassé et annulé par arrêt en date du 31 mai 1949.

À UNE FEMME AIMÉE.

Il me paraît égal aux dieux celui qui, assis près de toi doucement, écoute tes ravissantes paroles et te voit lui sourire ; voilà ce qui me bouleverse jusqu’au fond de l’âme.

Sitôt que je te vois, la voix manque à mes lèvres, ma langue est enchaînée, une flamme subtile court dans toutes mes veines, les oreilles me tintent, une sueur froide m’inonde, tout mon corps frissonne, je deviens plus pâle que l’herbe flétrie, je demeure sans haleine, il semble que je suis près d’expirer.

Mais il faut tout oser puisque dans la nécessité…

 

Lesbos

Mère des jeux latins et des voluptés grecques,
Lesbos, où les baisers languissants ou joyeux,
Chauds comme les soleils, frais comme les pastèques,
Font l’ornement des nuits et des jours glorieux,
— Mère des jeux latins et des voluptés grecques,

Lesbos, où les baisers sont comme les cascades
Qui se jettent sans peur dans les gouffres sans fonds
Et courent, sanglotant et gloussant par saccades,
— Orageux et secrets, fourmillants et profonds ;
Lesbos, où les baisers sont comme les cascades !


Lesbos où les Phrynés l’une l’autre s’attirent,
Où jamais un soupir ne resta sans écho,
À l’égal de Paphos les étoiles t’admirent,
Et Vénus à bon droit peut jalouser Sapho !
— Lesbos où les Phrynés l’une l’autre s’attirent,

Lesbos, terre des nuits chaudes et langoureuses,
Qui font qu’à leurs miroirs, stérile volupté,
Les filles aux yeux creux, de leur corps amoureuses,
Caressent les fruits mûrs de leur nubilité,
Lesbos, terre des nuits chaudes et langoureuses, (…)

 

 

 


 

** http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Fleurs_du_mal/1857/Lesbos

Repères à suivre : escapade en Turquie : à la recherche de Troie

 

 

Escale à Lesbos

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lizagrèce 24/07/2014 18:31

La réputation sulfureuse de Sappho la poétesse vient du fait que lorsqu'on sait peu de choses d'un personnage cela donne libre cours à l'imagination et toutes sortes d'interprétations

serrurier paris 19 24/07/2014 07:12

Je vous applaudis pour votre critique. c'est un vrai œuvre d'écriture. Poursuivez