Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Bienvenue à Samos ! (1)

Sur les traces de Pythagore

Repères : carnet de voyage : tour de Grèce

Nous serons à Samos en compagnie de deux illustres personnages :

  • Pythagore, le fameux mathématicien mais aussi penseur grec,
  • Théophile Gautier et son héroïne de sa nouvelle, la Chaîne d’or.

Nous marquerons donc en bonne compagnie une longue pause dans cette île merveilleuse.

Mais débutons aujourd’hui avec Pythagore que tout le monde croit connaître…

***

Nous continuons notre croisière en mer Egée et nous voici à Samos en compagnie d’un des illustres enfants, Pythagore. Né en 580 avant JC, il est le père des fameux théorèmes suivants * que nous avons tous étudiés au collège :

  • Dans un triangle rectangle, le carré de la longueur de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des longueurs des côtés de l’angle droit.
  • Si un triangle est rectangle en C, alors AB² =  AC²+BC²

On sait moins que ce savant mathématicien est aussi philosophe et moraliste. Retour sur l’école pythagoricienne avec les vers dorés qui vous sont aujourd’hui proposés.

Les vers dorés

Ils sont attribués à Pythagore car s’il ne les a pas écrits lui-même, ces vers reflètent la pensée du maître. Pourquoi dorés ? Dans la conception des Anciens, on avait l’habitude de comparer l’or à tout ce qui semblait sans défauts et beau par excellence. Par analogie, les vers dorés constituent des vers où la doctrine la plus pure était renfermée.

Cette expression a été reprise par de nombreux poètes. Il vous est proposé de retrouver via l’intertextualité deux expressions de vers dorés :

 

XXVI

Tu connaîtras que les hommes sont eux-mêmes les artisans de leurs malheurs. Infortunés ! ils ne savent pas voir les biens qui sont sous leurs yeux ; leurs oreilles se ferment à la vérité qui leur parle. Combien peu connaissent les vrais remèdes de leurs maux ! C’est donc ainsi que la destinée blesse l’entendement des humains ! Semblables à des cylindres fragiles, ils roulent çà et là, se heurtant sans cesse, et se brisant les uns contre les autres.

vers dorés, Pythagore

Wikisource **

 

VERS DORÉS

 

Eh quoi ! tout est sensible !

Pythagore.

 

Homme, libre penseur ! te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ?
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l’univers est absent.

Respecte dans la bête un esprit agissant :
Chaque fleur est une âme à la Nature éclose ;
Un mystère d’amour dans le métal repose ;
« Tout est sensible ! » Et tout sur ton être est puissant.

Crains, dans le mur aveugle, un regard qui t’épie :
À la matière même un verbe est attaché…
Ne la fais pas servir à quelque usage impie !

Souvent dans l’être obscur habite un Dieu caché ;
Et comme un œil naissant couvert par ses paupières,
Un pur esprit s’accroît sous l’écorce des pierres !

 

 

sources :

 

 

Bienvenue à Samos ! (1)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article